Cet été 2020

Retour en arrière vers un été qu’on aurait tellement voulu autrement. Une année qu’on aimerait effacer? N’allons évidemment pas jusque là. En tout cas, quand on a voyagé l’été dernier, j’avais tout sauf envie d’en laisser une trace. Et là, en reprenant le fil du blog, je me suis dit que c’est dommage. On a vécu autrement, mais on a vécu. En bonne santé en plus.

On espérait le Portugal, c’est finalement en France qu’on s’est posés un peu – réalisme, quand tu nous tiens. Si on me demande de dire de mémoire ce qu’on a fait, je me souviens qu’on a réussi in extremis à réserver des vacances avec la famille de Aart dans un bled au vrai milieu du vrai nulle part. Sur notre route, on a miraculeusement trouvé un hôtel avec un parc d’accrobranches – les enfants le réclament encore. Avant cela, le stop à « La bonne idée » est également gravé dans nos et leurs mémoires. Au retour, on s’est offert un petit tour dans les châteaux de la Loire et deux nuits à Trouville – c’est notre dernière photo de famille officielle en date. Deux jours de luxe dans une année de peur et de stress (tout relatif dans notre cas), on mesure amplement notre chance.

La bonne idée. Leur première chambre rien qu’à deux.
Aventure en forêt de Compiègne
Un bon résumé de cette période.
Même pas peur.
Leur passe-temps favori, quitte à être loin de tout. J’avoue, il y avait Niort et Angoulème à 1h de route.
En route vers le Nord, y’avait aussi Chambord.
Et même Cheverny.
Et le principal est là. On a passé un bel été 2020, le c¨% dans le beurre, apeurés et prudents – et heureux, finalement. Trouville, we’ll be back.

Comme le veut la tradition, voici l’âge des voyageurs au moment de ce voyage:

  • Noam – 4 ans et 2 mois
  • Arthur – 6 ans et 11 mois
  • Loïc – 8 ans et demi
  • Charline – 17 ans
  • Aart – 34 ans et 10 mois