road trip en famille: Rivoli, Alba et Asti

encore une journée faite de plein de petits moments en or: boire un café avant de prendre la voiture, parcourir Rivoli en long, en large et en travers à la recherche du chemin vers le château de Rivoli, choisir au hasard un night club en bord de lac d’Avigliana pour le lunch, essayer de deviner l’animal qu’Arthur a en tête mais dont il a lui-même oublié le nom, sentir l’effet de 35,5° à l’arrivée à Alba, laisser Noam se choisir un nouveau short, découvrir les rues d’Asti et d’Alba, faire un sprint avec Arthur vers la pizzeria, les observer déguster une glace, faire semblant de dormir à quatre dans le canapé quand Aart revient du parking, poser sa tête sur l’oreiller.

trajets et activités

  • Turin – Rivoli: 20km (et 5km à explorer le dédale de Rivoli pour accéder au château)
  • Rivoli – petit lac d’Avigliana: 21 km
  • Avigliana – Alba: 85 km
  • Alba – Asti: 31 km
  • Asti – Turin: 60km

aujourd’hui, il y a eu de la route. Pas mal de kilomètres au total, sur trois types de routes:

  • des bouts de route et d’autoroute qui permettaient de bien profiter du paysage: on a définitivement compris le concept de plaine, et on a aimé la vue sur les montagnes et les collines (avec un petit questionnement quand même sur la répétition des villages en haut de chaque colline, assez philosophique tout ça)
  • la sortie et l’entrée de Turin, voir les longues rues droites, se laisser surprendre par un nombre infini de petites, moyennes et grandes places, dompter le plan de circulation complexe mais efficace (on est assez fans de cette zone de trafic limité)
  • des bouts d’autoroute et des échangeurs sans grand intérêt
2018_0801_100145008905629085270024783.jpg
Piazza San Carlo, juste derrière notre appartement
2018_0801_102237003667315596298296023.jpg
petit café et jus dans la galerie (il y en a plein, c’est super pour le rafraîchissement)
2018_0801_125632004955008797057453692.jpg
le nom à retenir si on veut visiter le château de Rivoli, le fléchage depuis Turin est daté et demande de passer par des sens uniques. Mais Arthur et moi on a bien ri en cherchant à percer le mystère, alors que les trois autres avaient choisi de faire un petit bout de parcours à pied (le vendredi et le week-end il y a des escalators, ça aide parce que c’est bien raide)â

tout autour de Turin, il y a une série de châteaux qui offrent une bonne raison de sortir de la ville et d’explorer les paysages. Le Routard les cote tous assez bien (ce qui n’aide donc pas pour le choix). Aart nous a choisi celui de Rivoli qui permettait de combiner la vue, l’histoire, l’architecture mais aussi un musée d’art contemporain. En route vers le château, on ne sait plus trop comment, mais on a raconté toute l’histoire de Napoléon aux enfants et surtout à Loïc qui nous a challengés de « pourquoi » en « pourquoi ». C’était chouette parce que ça m’a permis aussi de parler de tout ça en prenant l’angle du rapport pouvoir, ego et intelligence émotionnelle, ce qui pour moi rajoute une vraie utilité au fait de ressortir ces vieilles histoires. Coach un jour, coach toujours, n’est-ce pas?

2018_0801_12443200645746867999280315.jpg
le château est vraiment immense

une fois qu’on a réussi à accéder au château de Rivoli, on a donc pris le temps de visiter aussi le musée d’art contemporain. Le tout sur trois grands étages, surveillés par des gardes pas nécessairement sympathiques. On en veut en particulier à l’une des sbires qui nous a laissé entrer à cinq dans une installation où était projeté un film vraiment pas fait pour les enfants (bruit, violence) et qui nous a accueilli avec un énorme sourire à la sortie (anticipée, forcément), comme si ça avait fait sa journée.

2018_0801_124849007652227849065561919.jpg
la partie qui abrite un café qui doit offrir une jolie vue sur la plaine vers Turin, mais qui est fermé encore quelques semaines 
2018_0801_121942004032097394534979827.jpg
le dernier étage du château, permettant de voir le haut de la construction voûtée et également une superbe vue les pieds presque dans le vide (gloups)
2018_0801_124524008318806750654405228.jpg
petite pause après toutes les émotions artistiques

la collection du musée est originale mais accessible. Le long du parcours, on peut lire (en italien et en anglais) des explications à la fois sur les salles du château et sur les oeuvres exposées. Le château a été brûlé et abîmé plusieurs fois et son aspect actuel date de la deuxième moitié du 18e. Ce qui a passionné nos loulous, c’est qu’il a servi de prison a Vittoreo Amedeo qui après avoir abdiqué en faveur de son fils, a eu la mauvaise idée de revenir sur sa décision, ce qui était suffisant pour le fiston pour emprisonner le paternel. Inutile de préciser que ce bout d’histoire à aussi donné lieu à une longue discussion, nous menant même à chercher des analogies dans notre propre famille (après avoir fait aussi quelques analogies avec Napoléon – beau-papa, si tu me lis, le clin d’oeil est pour toi). Tout ça pour dire que ce n’est pas gagné de parler d’histoire avec des enfants de 4 et 6 ans mais que c’est vachement chouette.

2018_0801_125136004950609047963709628.jpg
la vue depuis le parvis du château, la ligne droite dans le fond de l’image est une route de 12km qui reliait le château à un autre
2018_0801_125212005450518335771746845.jpg
vue de l’autre côté avec les couleurs typiques de la région

on a ensuite pris la route d’Avigliana, où on pensait jeter un oeil au bourg et puis monter vers un monastère perché en bord de colline. La chaleur a un peu modifié notre programme, mais on a vu le monastère de loin et ça avait l’air sympa, à revoir à l’occasion et pas à 14h. On n’est pas du tout déçus de notre choix, on a fait avec les éléments du jour et c’est très bien comme ça.

2018_0801_132719002650439885600219316.jpg
le lac d’Avigliana, vu depuis un club un peu louche mais servant de très bons plats du jour

il y avait ensuite une bonne heure de route vers Alba, ce qui tombait tout pile pour permettre à Noam de faire la sieste. J’ai moi-même aussi choisi d’observer le paysage depuis l’intérieur de mes paupières, mais ça n’a pas résulté en dodo puisque le jeu de « qui j’ai en tête » était beaucoup trop drôle à suivre.

2018_0801_173200001145203017547856565.jpg
la rue principale d’Alba

Alba est un village dont le centre est vraiment petit, et c’est donc nickel pour une flânerie relax en après-midi. On en a profité pour attraper encore quelques soldes au passage (la loque ne coûte vraiment rien ici, au plus grand plaisir des garçons qui adorent vraiment les essayages et les tractations pour le choix final). Mais ce n’est évidemment pas la fripe asiatique qui nous fait recommander le détour par Alba…

2018_0801_173640006416229850694248154.jpg
les épiceries fines sont pleines de bonnes choses: vins, pâtes, truffes, huiles et … noisettes puisqu’Alba est aussi le siège historique de Ferrero et son fameux Nutella

il était déjà presque 18h quand on a mis le cap sur Asti, dernière étape pour notre journée sur la route. Le Routard conseillait à la fois une promenade dans Asti, et une pizzeria au bout du trajet. On s’est laissés guider, et c’était réussi à tout point de vue. Surtout qu’en arrivant dans Alba on a failli passer notre chemin vu l’horreur de la partie moderne de la ville. Heureusement, le centre historique a permis de se remettre de ce petit choc!

2018_0801_18451100176815580374204747.jpg
un petit café où on se serait bien arrêtés
2018_0801_184619003757386991402516130.jpg
une ruelle à l’image du centre d’Asti
2018_0801_210432006509518436698488865.jpg
un dernier petit tronçon de colonnades (la spécialité de la région et on comprend pourquoi), quand on a remis le cap sur Turin vers 21h

une belle journée, tout ça, pour les gingers! Je me suis demandée en route si on n’était pas « trop » actifs pendant ces vacances. En bonne bouddhiste, j’ai immédiatement écarté ce jugement. On n’est ni trop, ni trop peu. On est, et on adhère à tout ce qu’on fait, au rythme où on le fait. Chaque endroit visité et chaque trajet laissent leur empreinte, une trace dans nos consciences. On se couche satisfaits chaque soir et on démarre chaque journée en acceptant de suivre notre intuition. Je pense qu’on peut être fiers de nous.


chiffres pertinents mais parfois approximatifs:

  • Noam, 25 mois
  • Arthur, 4,9 ans (5 ans dans 40 jours)
  • Loïc, 6,5 ans 
  • Aart, 32,7 ans
  • Charline, 39,4 ans