pieds nus à Celerina, lac de Sils et Zernez

Pas de commentaire

un des nombreux talents de nos mini-gingers, c’est qu’ils peuvent facilement se donner à fond. Aujourd’hui, c’était à fond dans le pied nu: tout au long d’une promenade faite pour ça, dans un lac caillant (avec des sandales pour le coup mais vu que le lac était caillant-caillant, on va dire que ça compte), sur une plaine de jeu, sur une piste d’athlétisme et dans un musée. On va conclure que le pied nu met de bonne humeur parce qu’on a fini la journée sur un immense éclat de rire, prêts pour une nouvelle excursion en train demain.

activités du jour:

  • promenade de 2,5 km sur un sentier spécial barefoot à Celerina
  • pique-nique et jeux au bord du lac de Sils 
  • réunion au sommet dans la voiture sous la pluie
  • trajet vers Zernez, à l’entrée du Parc National Suisse, par la vallée de l’Oberengadin
  • jeux, goûter et visite du Centre du Parc National Suisse

wp-15328079030855090629624505422503.jpg

le thème de la première activité du jour était donc le peton déchaussé. On est partis pleins de courage se faire titiller la plante des pieds en empruntant le sentier près de cette charmante église à Celerina. Ce qui nous a le plus marqué c’est le fait qu’en marchant sans chaussures, on a beaucoup de mal à se passer de nos yeux! C’est notre vue qui devient notre semelle, protection contre les cailloux trop pointus, épines trop nombreuses et souris trop mortes en chemin (4 minuscules souris mortes en si peu de temps, je suis certaine qu’en chaussures, on en aurait loupé la moitié au moins).

2018_0728_110341008315139774269297656.jpg
on est aussi plus attentifs à ne pas se prendre la flotte qui caille
2018_0728_11274600864322662139011368.jpg
certains prennent même de grands risques

Arthur nous a également challengés dès les premiers mètres, souffrant d’un mal de jambes aigu alors qu’on n’avait même pas encore fait 50 mètres. Comme je marchais devant avec Loïc et Noam sur mon dos, c’est Aart qui s’est chopé le premier tour de négociations. Ca s’est pas mal passé mais quand il m’a transmis le flambeau, j’ai senti que j’étais déjà suffisamment surstimulée par le parcours sensoriel et qu’il fallait donc pousser plus loin la créativité. J’ai donc bombardé Arthur chef de promenade, avec interdiction formelle pour Loïc de le dépasser. Ca c’est très bien passé pour Arthur, et on est très fiers des 1652 techniques utilisées pour garder Loïc en arrière, ce qui n’est vraiment pas (encore) son truc.

2018_0728_110811008937434698626584011.jpg
le chef de file
2018_0728_113928008877358176958458372.jpg
l’homme à retenir, ici grâce à un exercice de taux de change (« En échange de trois cailloux, je te donnerai trois tic tacs, mais si tu préfères me payer en pommes de pin, il t’en faudra cinq. On va dire que le caillou c’est l’euro et la pomme de pin le franc suisse. Ah mais non, cette pomme de pin là est trop moche, je suis la banque, je la refuse. » et toute la série de pourquoi et de négociations qui a suivi).

finalement, j’ai pu sortir un brillant exposé sur le lâcher prise: « je te laisse dépasser ton frère dès que je vois que tu profites de la promenade, que tu la fais juste pour toi, que tu es centré sur toi et tes besoins et non plus sur la compétition avec ton frère ». Bref, Arthur a fini la promenade devant, et Loïc et moi on a bien papoté.

l’objectif suivant était d’aller voir si on pouvait tester l’une ou l’autre activité nautique au bord du lac de Sils. On y a repéré un endroit parfait pour pique-niquer et jouer un peu, observer le lac et voir de quoi notre après-midi serait faite.

2018_0728_131653006599311762912808334.jpg
la vue parfaite, à deux pas d’un petit parking
2018_0728_131842007511226294194531231.jpg
monsieur « je mange à part en espérant ne pas me faire choper parce qu’en fait, je ne mange presque rien »
2018_0728_140150008840731262470770257.jpg
notre plage privée, au moment où la bruine hésitait à se transformer en pluie
2018_0728_135425005900281057871907410.jpg
trempette dans le lac frisquet frisquet pour le jeu « va chercher, mon petit chien » (scandé par les spectateurs et le chien de service). Voyez aussi la main d’Arthur veillant à ce que Noam ne s’aventure pas trop loin, c’est un vrai chien de berger ce petit coeur!

tout ça jusqu’à ce que la pluie vienne brouiller un peu les cartes. La flotte était annoncée pour 18h, pas pour 14h donc on s’est fait un peu avoir mais on n’a pas perdu au change en mettant le cap sur Zernez, porte d’entrée du parc national Suisse.

le trajet en voiture a duré un bon 45 minutes, ce qui était l’occasion parfaite pour que Noam pique un peu du nez. Comme il ne s’est décidé que 10 minutes avant l’arrivée, je suis restée avec lui dans la voiture pendant qu’Aart et les grands allaient se dégourdir à la très chouette pleine de jeux (encore une) du centre sportif de Zernez.

wp-15328077509804796959589477361412.jpg
pendant que j’explorais les cartes pour préparer une rando pour demain, mes fils ont préparé la relève pour les Borlée.

il faut dire que de ce côté de la vallée de l’Inn, le soleil était au rendez-vous, ouf! Et les garçons sont restés pieds nus parce que c’est « trop chouette », on n’a même pas cherché à les faire changer d’avis (ce qui aurait de toutes façons été peine perdue).

c’est donc toujours pieds nus qu’ils sont venus avec nous découvrir le Centre des Visiteurs du Parc National avec une belle série d’informations sur la faune, la flore et la géographie. L’avantage après ce genre de visites, c’est que je suis mariée à un Wikipedia ambulant qui adore être consulté sur des faits, détails et spécificités, donc je n’ai même pas besoin de retenir ce que je lis ou entends, je peux pleinement être dans le moment.

20180728_2152073533105634770253247.jpg
notre petit fan de chiffres manie l’audioguide tout en se coiffant de bois
20180728_2153423097158666682202058.jpg
Noam a vu une manivelle, donc il la tourne

l’impression que le centre me laisse est à la fois celle d’une grande fierté et d’une grande richesse pour un patrimoine naturel qui méritera d’être exploré. Voilà encore un truc à ajouter à la liste des choses à visiter, le jour où ils seront un peu plus grands et pourront nous aider à porter les sacs à dos!


chiffres pertinents mais parfois approximatifs:

  • Noam, 25 mois
  • Arthur, 4,8 ans
  • Loïc, 6,4 ans (6,5 dans 2 jours, ohlàlàlàlà)
  • Aart, 32,7 ans
  • Charline, 39,4 ans