bye bye Bangkok, we’ll be back

Pas de commentaire

à retenir aujourd’hui? Que visiter Bangkok quand on connaît déjà un peu rend les choses vraiment faciles et encore plus agréables. Les distances restent quand même trompeuses mais ce n’est pas grave parce qu’on est négociateurs de tarifs de tuk tuk diplômés maintenant.

lieux visités (de 9h45 à 17h20)

  • Khlong Saen Saep (toujours lui – comme ici et ici – mais sur une plus longue distance cette fois)
  • Grand Palais 
  • Feung Nakorn Balcony (pour le lunch mais une prochaine fois, on pourrait y loger!)
  • promenade vers le Wat Suthat le long du petit khlong juste après le Feung Nakorn Balcony, troooooop mignoooooon
  • Wat Suthat
  • Chinatown
  • Hua Lamphong 
  • retour en métro sous-terrain (une première pour nous à Bangkok) et via ce bon vieux Khlong (on adore!!!)

on a démarré en douceur à l’hôtel U Sukhumvit, recommandé par le Routard pour sa localisation notamment – on confirme, c’est top. A peine avions nous englouti un super petit dej, que nous étions déjà houspillés par le pilote du Khlong Saen Saep Express Boat parce qu’on ne sautait pas à la vitesse réglementaire dans le bateau encore et déjà en mouvement au Nana Chard Pier. On avait pourtant anticipé les montées et descentes dans les bateaux et les tuk tuk en décidant de laisser la poussette en chambre et de ne prendre que le porte-bébé, mais notre vitesse de « jet d’enfant à un occupant au hasard du bateau, tout heureux de pouvoir prendre un roux dans les bras » est encore en cours d’amélioration.

arrivés au Panfa Leelard Peer, on est retombé sur le même petit voyou déguisé en loueur de tuk tuks que lors de notre premier jour, cette fois il a essayé a) de nous faire croire que le Grand Palais où on voulait aller n’était ouvert qu’aux Chinois ce matin et 2) de nous refiler un tour en tuk tuk qui allait prendre au moins une demi-journée avec 5 visites de temples pour un prix complètement dérisoire, l’arnaque bien connue étant qu’il vous dépose alors à l’un ou l’autre endroit où il force des achats et se prend des commissions. Les gingers sont des touristes avertis, qu’est-ce qu’il croit lui!

on a trouvé un aimable tuk tukeur un peu plus loin, qui rien qu’à la vue de ma tête à qui on ne la fait pas à déjà diminué son prix de moitié, qu’est-ce qu’on devient bons! La visite qu’on avait prévue était celle du Grand Palais, l’attraction numéro un du vieux Bangkok.  C’est un site énorme et impressionnant, même s’il faut vraiment se frayer un chemin dans la foule (et encore, ce n’était pas extrême du tout aujourd’hui, on n’a pas dû faire la file pour les tickets par exemple). Bien gardé et choyé dans cette enceinte se trouve un minuscule Bouddha d’émeraude (haut de 66 cm), perché en haut d’une énorme construction parée d’or. C’est la statue perso du Roi, et seuls les Thaïlandais peuvent s’en approcher pour la vénération à genou. Les farang dans notre genre doivent rester un peu en retrait, ce qui a vraiment énervé Loïc et Noam, Loïc parce qu’on n’arrivait pas à lui expliquer la logique de l’ostracisme (ni à vraiment répondre à la question « mais comment le garde va voir qu’on n’est pas Thaïlandais? »), Noam parce qu’on l’avait attiré jusque là en promettant du Bouddha et qu’une fois qu’on a pu le voir, il ne pouvait pas aller se mettre à genou et faire une courbette comme les autres. On a passé aussi du temps devant la longue fresque représentant la façon dont le roi Rama je ne sais plus combien à rassemblé les royaumes du Siam en ratatouillant un vilain qui avait essayé de lui chiper sa femme. La visite en valait la peine, même si ça n’avait pas le charme de l’enceinte du Wat Pho, par exemple, mais on ne va pas trop faire la fine bouche non plus.

de là, on est partis dans le quartier du Wat Suthat où on s’est retrouvés par hasard dans un lieu vraiment hyper chouette, une terrasse verte et ombragée dans une cour intérieure, des poissons dans de petits étangs pour aider Noam à patienter, des jeux pour les enfants, un repas succulent et pas cher, bref, on est bien tombés au Feung Nakorn Balcony. On a continué notre promenade vers le dernier temple de notre périple en longeant un petit khlong, c’était vraiment mignon, typique, coloré, proche des gens, tout ce qui va nous manquer quand on repensera à Bangkok. Au Wat Suthat, on a évidemment été impressionnés par la taille du Bouddha, on a pris le temps de profiter du calme (contrairement à l’agitation du Grand Palais) et on est ensuite partis en tuk tuk (à nouveau brillamment négocié) vers China Town pour y goûter une dernière fois l’ambiance dans des couloirs et des couloirs de galeries couvertes ou semi-couvertes remplies de choses et d’autres, avec cette impression qu’il y a plus de commerçants que de passants, et pourtant ce ne sont pas les passants qui manquent. La bonne idée qu’on a eue cette fois, c’était de traverser par les petites ruelles perpendiculaires à la grande avenue où se trouve le temple Sikh, on a été beaucoup moins dérangés par des engins motorisés que la fois dernière, mais on a quand même bien ri en voyant le vendeur de durians (et quelques uns de ses collègues venus vérifier que personne ne manquait de nourriture) passer avec une charrette d1m30 de large dans un passage qui fait 1m35 à tout casser, c’est un sport ce métier, à plus d’un titre.

pour le retour vers l’hôtel, on a pris le métro à la gare d’Hua Lamphong, en y humant l’atmosphère au passage. Loïc m’a demandé pourquoi il y avait tellement de gens pauvres dans la gare (voyant un nombre impressionnant de personnes assises tête baissée au milieu de l’énorme hall de gare), on lui a gentiment expliqué que c’était simplement des gens regardant leur smartphone en attendant le train. La discussion sur la pauvreté et la répartition des richesses qui s’en est suivie fût à l’image de nombreuses discussions pendant ces vacances, on a intérêt à se tenir à jour et à avoir des réponses précises qui conviennent à chacun parce qu’il ne ratent rien, c’est juste trop chouette (autres sujets des derniers jours au hasard: la prise de pouvoir par les militaires en Thaïlande, les élections en Malaisie, les différences entre le Bouddhisme et l’Islam, la taille des pays du monde, les combats entre dinosaures carnivores et herbivores et j’en passe).

la journée à été chaude et on n’a pas eu droit à l’orage, c’est donc avec grand plaisir qu’on a fini la journée par un plongeon dans la piscine, en flottant une dernière fois sans soucis et sans penser à rien sauf à être ensemble. Et comme les garçons ont baptisé la terrasse de l’hôtel « plus belle terrasse du monde », on s’est abandonnés à leur jugement et on est monte fêter dignement notre dernière soirée d’un mois de fête. Finalement, peu importe le voyage, tant que j’ai mes quatre ginger!

DSC_1547
le Chedi du Grand Palais contenant des reliques du Bouddha
DSC_1570
Loïc a décidé de se mettre à la photo, les premiers cadrages sont pas mal du tout
DSC_1593
petite façade en bord de khlong
DSC_1605
l’énorme Bouddha du Wat Suthat
DSC_1612
je ne blague pas quand je dis que mes fils sont des stars ici! (pendant toute la journée, on s’est amusés à photographier toutes celles – et oui, pas un seul homme! – qui ont photographié les enfants, en douce ou avec permission, et je dois avouer que le total est pas mal mais moins impressionnant que la tête des gens quand j’ai fait leur photo « en retour »
DSC_1618
dernier tuk tuk et photo à l’image du voyage: parfait et imparfait à la fois, authentique, plein de spontanéité, d’amour et de bonne humeur à la sauce ginger

âge des voyageurs au moment du voyage: Noam, 22 mois – Arthur – 4,5 ans – Loïc, 6 ans, Aart, 32 ans, Charline, 39 ans